Dossier

Le cardinal Becciu se défend de tout détournement de fonds

4

«Il est à la discrétion du substitut de la secrétairerie d’Etat d’utiliser les sommes qui se trouvent dans un fonds particulier de la secrétairerie alloué à la Caritas, pour soutenir diverses œuvres», s’est défendu le cardinal Angelo Becciu lors d’une conférence de presse organisée aux abords de la place Saint-Pierre le 25 septembre 2020.

Le 24 septembre, le pontife argentin a accepté la renonciation du cardinal Becciu à sa charge de préfet de la Congrégation pour la cause des saints ainsi que de ses droits liés au cardinalat. Le motif de cette décision découlerait de la preuve obtenue par des magistrats du Vatican que le cardinal serait coupable de détournement de fonds au profit d’une coopérative sarde dirigée par son frère Tonino Becciu et dédiée à l’aide aux plus démunis. 

«Il me semble étrange d’être accusé de cela». Les 100’000 euros, provenaient bien du dernier de Saint-Pierre, a reconnu le haut prélat italien, ajoutant: «C’est vrai, je les ai alloués à la Caritas. Il est à la discrétion du substitut d’utiliser les sommes qui se trouvent dans un fonds particulier de la Secrétairerie d’Etat alloué à la Caritas, pour soutenir diverses œuvres», a-t-il considéré. Il s’agissait d’un «but charitable», a insisté le cardinal Becciu.

En sept ou huit ans, «je n’avais jamais fait un travail de soutien pour la Sardaigne. Je sais que dans mon diocèse, il y a une urgence notamment pour le chômage (…). Je voulais aider le diocèse et pas tant mon frère», a plaidé le cardinal sarde. «Cet argent est toujours là, a-t-il expliqué, je ne sais pas pourquoi on m’accuse de détournement». L’argent n’est, selon lui, jamais passé de la Caritas à la coopérative dirigée par son frère.

Les prérogatives du substitut pour les Affaires générales

Selon la constitution Pastor Bonus en vigueur, la première section dirigée par le substitut pour les Affaires générales est chargée, en particulier, de procéder au traitement des questions concernant le service quotidien du pontife. Elle doit également rédiger et envoyer les documents qui lui sont confiés par le Souverain pontife; elle doit encore conserver le sceau de plomb et la bague du pêcheur». Le substitut veille par ailleurs au bon fonctionnement des organes de communications officielles concernant tant les actes du pape que l’activité du Saint-Siège. Il ne fait pas partie des prérogatives officielles du substitut de la secrétairerie d’État de gérer des fonds et les allouer à des œuvres. 

Au cours de leur entretien de vingt minutes, il n’a pas été fait mention de l’affaire de l’immeuble de Londres selon le cardinal sarde. «Pour le palais de Londres, le Denier de Saint-Pierre n’a pas été touché, il n’a pas été utilisé, a-t-il assuré. Le Secrétariat d’Etat avait un fonds, il devait se développer». 

Vers un procès?

«L’avocat m’a dit qu’on pourrait tenter un procès, car je ne veux pas laisser dire que j’ai favorisé ma famille», a-t-il annoncé. «En vous rendant dans ma famille et en regardant les maisons, les voitures, vous verrez que rien n’a changé».

Le cardinal Becciu a, par ailleurs, renouvelé sa confiance au Souverain pontife. «En devenant cardinal, j’ai promis de donner ma vie pour l’Eglise et pour le pape. Je maintiens mon respect pour le pontife: je ne le trahirai jamais et lui resterai fidèle». (cath.ch/imedia/ah/bh)

Suite