Dossier

Cardinal Becciu: «Je n'ai commis aucun crime»

3

«Le pape m’a dit que, d’après les enquêtes de la Guardia di Finanza italienne – j’imagine demandées par la justice du Vatican -, il semblerait que j’ai commis le crime et le délit de détournement de fonds», a expliqué le 25 septembre 2020, le cardinal Angelo Becciu, relevé la veille par le pape François de sa charge de préfet de la Congrégation pour la cause des saints et de ses prérogatives de cardinal.

«Je me sens un peu étranglé et tout cela me semble surréaliste, mais je dois être réaliste», a commenté le cardinal Becciu devant la presse. «Hier jusqu’à 18h02, je me sentais comme un ami du pape, son fidèle exécuteur, et puis quand il a parlé, il m’a dit qu’il ne me faisait plus confiance, parce qu’il avait reçu un rapport de la justice sur la base duquel j’avais commis des actes de spéculation.» Selon Becciu, le pape était très gêné et souffrait de devoir lui dire cela.

«Il me semble étrange d’être accusé de cela», a noté Mgr Becciu, «Je ne comprends pas pourquoi on m’accuse de complicité avec ma famille», a-t-il poursuivi dénonçant une campagne de presse défavorable.

Les 100’000 euros attribués à la coopérative SPE, dirigée par son frère Tonino, «provenaient bien du dernier de Saint-Pierre», a reconnu le haut prélat italien. «C’est vrai, je les ai alloués à la Caritas. Il est à la discrétion du substitut d’utiliser les sommes qui se trouvent dans un fonds particulier de la Secrétairerie d’État alloué à la Caritas, pour soutenir diverses œuvres», a-t-il considéré. Il s’agissait d’un but charitable, a insisté le cardinal Becciu.

En sept ou huit ans, «je n’avais jamais fait un travail de soutien pour la Sardaigne. Je sais que dans mon diocèse, il y a une urgence notamment pour le chômage (…). Je voulais aider le diocèse et pas tant mon frère». «Cet argent est toujours là, je ne sais pas pourquoi on m’accuse de détournement». Selon lui, la somme n’est jamais passé de la Caritas à la coopérative dirigée par son frère.

Quant aux 300’000 euros alloués à cette même coopérative des années auparavant, «pour l’aider à s’organiser», le cardinal précise qu’»il s’agissait d’un versement de la Conférence des évêques d’Italie (CEI).

Un malentendu?

Au cours de l’entretien de vingt minutes avec le pape, il n’a pas été fait mention de l’affaire de l’immeuble londonien de Sloane Avenue, a affirmé le cardinal sarde. «Pour l’immeuble de Londres, le Denier de Saint-Pierre n’a pas été touché, il n’a pas été utilisé». La Secrétairerie d’État avait un fonds, qu’elle se devait de développer» a-t-il répété.

Le cardinal Becciu a par ailleurs renouvelé sa confiance au Souverain pontife. « En devenant cardinal, j’ai promis de donner ma vie pour l’Église et pour le pape. Je maintiens mon respect pour le pontife: je ne le trahirai jamais et lui resterai fidèle ».

«Je n’ai commis aucun crime et je n’ai eu aucune communication du pouvoir judiciaire. Je suis prêt, ils veulent que je clarifie et je vais clarifier, d’autant plus que je suis un citoyen comme les autres». «J’espère que tôt ou tard le Saint-Père se rendra compte qu’il y a eu un malentendu», a conclu le cardinal.  (cath.ch/imedia/sir/mp)

Suite