De Suisse, de Centrafrique ou d'Allemagne, le synode est envisagé de bien des manières | © Bernard Hallet
Dossier

Les diocèses du monde à la découverte de la synodalité 1/2

6

Six évêques du monde entier, dont Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, expriment leurs attentes par rapport au synode sur la synodalité qui débute le 17 octobre 2021, après que le pape l’a ouvert, le 10 octobre dernier, lors d’une messe solennelle en la basilique Saint-Pierre de Rome. Autant de manières de percevoir et d’envisager la synodalité selon les cultures et la réalité du terrain.

Les évêques des diocèse de Sion, en Valais, de Dresde-Meißen, en Allemagne et de Bangui, en République centrafricaine disent leurs attentes sur ce synode pour lequel le pape a exhorté les catholiques à «s’écouter».

Sion, Confédération helvétique

Population catholique du diocèse: 225’000 (75% – de la population du diocèse)

Mgr Jean-Marie Lovey | © Bernard Hallet

Pour Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, l’expérience synodale est un bon souvenir, celle de sa participation en tant que représentant des évêques suisses au Synode sur la famille à Rome en 2015. La décision du pape François de creuser la question de la synodalité, il l’accueille donc «avec joie», et attend de «se mettre à l’ouvrage».

L’évêque valaisan regrette cependant le «calendrier court» qui va rendre, selon lui, plus difficile d’accomplir la mission d’écoute de tous les membres de son diocèse. Comme solution, il pense faire travailler des «petits groupes» qui seront formés au niveau des paroisses. Le 17 octobre, il rassemblera son diocèse dans la cathédrale de Sion pour un lancement du synode en trois temps, à commencer par une liturgie de mise en route. Les participants «sortiront» ensuite, pour cheminer jusqu’à la magnifique basilique de Valère, située sur la colline qui domine la cité. «Un synode signifie marcher ensemble, c’est une belle symbolique». Cette randonnée diocésaine sera un temps d’échange et de partage, souligne le prélat, et sera conclu dans la basilique médiévale par l’office des Vêpres.

L’espérance que porte Mgr Lovey est que ce synode «apporte une communion plus grande » dans sa communauté. Il veut répondre ainsi à tous ceux qui ont des «présupposés» sur la finalité de l’initiative romaine. «Il ne faut pas aller à la conclusion sans avoir fait la démarche», exhorte le prélat valaisan. Et pour lui, c’est dans cette «unité» du synode que l’on témoigne au reste du monde de la Bonne Nouvelle, en se tournant ensemble vers le service du prochain. (cath.ch/imedia/cd/bh)

Dresde-Meißen, Allemagne

Population catholique du diocèse: 150’000 (3,8%)

Les catholiques allemands ont pris une longueur d’avance sur tout le monde en lançant dès 2019 leur propre chemin synodal. Mgr Heinrich Timmerevers, évêque de Dresde-Meißen, est «heureux que le pape veuille maintenant suivre cette voie dans le monde entier», lui qui considère l’expérience synodale comme «cruciale pour le troisième millénaire de l’Église». Dans son diocèse, l’enjeu va être désormais de mener deux synodes en même temps, même si le nouveau chemin ouvert par Rome, assure-t-il, ne sera pas vécu chez lui comme «une voie parallèle complètement indépendante».

Mgr Heinrich Timmerevers | © BMO-Vechta/CC BY-SA 4.0/Wikimedia Commons

À quelques jours du lancement, l’évêque de Saxe concède qu’il y a encore un certain «flou» quant à la réalisation pratique du nouveau synode. Si le vadémécum publié par le Synode des évêques «clarifie» certaines questions initiales, il se demande s’il faudra faire des questionnaires – comme cela a été le cas dans le Synode allemand –, si des thèmes sont prévus et comment sera rédigée la synthèse finale. Pour l’heure, il a prévu sa messe de lancement le 17 octobre, dans la cathédrale de Bautzen, qui a la particularité d’être la plus grande église mixte d’Allemagne (c’est-à-dire partagée avec les évangéliques). La synodalité, assure le prélat, peut «apprendre beaucoup de l’œcuménisme».

 Lors de la cérémonie, Mgr Timmerevers compte inviter tous les conseils de son diocèse «qui vivent déjà des formes de synodalité». Ces dernières années, ces nombreuses institutions ont pris plus de responsabilités, signe d’une plus grande répartition du «pouvoir», considère-t-il. Cependant, il rappelle que la question de la participation n’est pas suffisante: il faut la «participation de l’Esprit saint». Et exhorte au courage, considérant que c’est «toujours un défi d’aller dans les profondeurs spirituelles».

Bangui, République centrafricaine

Population catholique du diocèse: 487’000 (45%)

Pour le cardinal Dieudonné Nzapalainga, à la tête de l’unique archidiocèse de son pays, ce synode sur la synodalité arrive «à point nommé». Beaucoup de chrétiens, explique-t-il, regrettent une conception trop «pyramidale» de leur Église, «où les décisions sont prises par le haut, en tout cas par d’autres». Cet événement, assure-t-il, va permettre «d’accompagner, de libérer et d’écouter ceux que nous n’écoutons pas assez». Il pense notamment à ceux qui ne viennent «que le dimanche à la messe ou bien uniquement les jours de fête».

Mgr Dieudonné Nzapalainga | © Jacques Berset

Après l’annonce du synode, l’archidiocèse de Bangui s’est mis au travail: les agents pastoraux ont été convoqués, une équipe a été mise en place et un «travail pédagogique» a été initié, notamment grâce aux médias catholiques locaux. Le plus jeune cardinal du monde (54 ans) compte désormais distribuer des questionnaires «à tous les groupes et mouvements, dans toutes les paroisses».

S’il s’attend à ce que les questions reçoivent des réponses variées en fonction des différents charismes présents dans son diocèse, il souligne que c’est le but de la synodalité, une démarche qui se fait «dans la différence, et non pas dans l’uniformité». L’objectif affiché est d’écouter l’autre, et, pour cela de «faire mourir une part de nos égos» afin d’accueillir sa nouveauté.

Cette «marche ensemble» sera aussi un chemin œcuménique, même si, explique le haut prélat, la chose n’est pas nouvelle en Centrafrique. Des «groupes de dialogue» avec les protestants existent déjà, et collaborent régulièrement pour gérer les tensions en République centrafricaine. Récemment, des sœurs étaient menacées dans l’est du pays par des tensions, témoigne le cardinal, et c’est un groupe de représentants catholiques, musulmans et protestants qui a permis de «désamorcer le conflit». Proche des musulmans, il se demande encore s’il pourra les faire participer au synode.

Rendez-vous lundi avec les évêques de Hong Kong, de Burlington, aux États-Uni, et de Wellington, en Nouvelle Zélande.

Suite
De Suisse, de Centrafrique ou d'Allemagne, le synode est envisagé de bien des manières | © Bernard Hallet

A la veille de l’ouverture, par le pape François, le 10 octobre 2021, du Synode sur la synodalité, cath.ch a sondé les diocèses romands sur leur manière d’entamer cette «marche ensemble». Petit tour d’horizon de la mise en route d’un processus qui va durer deux ans.

Articles