Frère Mauro Gambetti, premier franciscain conventuel à être créé cardinal depuis 1861 | Wikimedia - Corriere Cesenate - CC BY-SA 3.0
Dossier

Frère Gambetti, un cardinal en robe de bure 1/9

24 novembre 2020 | 13:15
par I.MEDIA
1

Père Mauro Gambetti sera, le 28 novembre 2020, le premier franciscain conventuel à recevoir la barrette rouge depuis 1861. C’est un homme de prière, pétri de la même sensibilité spirituelle que le pontife argentin, qui rejoint le Collège cardinalice.

Le 25 octobre dernier, lorsque le Père Gambetti apprend sa nomination comme cardinal, c’est toute la communauté franciscaine qui célèbre cette nouvelle. Au son des cloches qui carillonnent, ses frères l’accueillent dans la salle du réfectoire en lançant des cris de joie. Au milieu de cette exaltation, le Custode est quand à lui saisi par le désir profond de s’agenouiller. «Je ne l’ai pas fait car je ne suis pas très porté par la théâtralité et je ne voulais pas gâcher l’atmosphère joyeuse, mais [j’ai eu la sensation] que je me tenais devant le Seigneur Jésus qui se manifestait encore une fois», a-t-il raconté lors de sa consécration épiscopale le 22 novembre 2020.

«Je viens de la terre et je me sens pétri par l’humanité de tous, avec ses beautés et ses misères. Aujourd’hui, j’ai reçu un cadeau incommensurable… et maintenant je dois plonger en pleine mer», a ajouté le franciscain lors de son discours. «Je confie mon voyage à saint François et fais miennes ses paroles de fraternité», a déclaré le religieux à la presse. Selon lui, recevoir la barrette rouge est ni plus ni moins qu’un «cadeau à partager avec tous les enfants de Dieu dans un voyage d’amour et de compassion» envers le prochain.

Douceur et fermeté

Avec sa manière de s’exprimer, empreinte d’humilité et de poésie, le Père Mauro Gambetti semble partager une sensibilité commune avec le pontife argentin. Comme lui, il projette des rêves de paix et de fraternité. «Si nous repensons le travail, l’éducation, la santé, le vivre-ensemble, le commerce, l’entreprise, l’écologie avec ce rapport de fraternité, nous aurons résolu les problèmes du monde», confiait-il la veille de la venue du pape à Assise le 2 octobre dernier. Il avait salué la publication de la dernière encyclique du pape, qui insiste selon lui sur la «profonde  communion» à laquelle aspire tout homme. 

Son caractère paisible ne l’empêche cependant pas de se montrer ferme sur certains sujets, surtout lorsqu’il n’est pas d’accord. En remettant la lampe de la paix au président italien Sergio Mattarella en décembre 2019, le religieux s’était ainsi attristé devant la politique migratoire de son pays. «Pour affirmer son identité d’Italien, il n’est pas nécessaire de la crier», avait taclé le frère en appelant les dirigeants à se comporter en hommes «humbles et sages».

Âgé de 55 ans, ce natif de l’Émilie-Romagne deviendra le 28 novembre prochain l’un des plus jeunes cardinaux du Sacré Collège. Rentré au couvent comme postulant en 1992 après avoir étudié la mécanique, il avait été ordonné en 2000 et choisi par ses frères comme supérieur de la province de Bologne en 2009. Quatre années plus tard, il avait été propulsé à la tête du Sacré Couvent comme Custode, soit le ‘gardien’ du couvent rattaché à la Basilique du Poverello.  

Le »cœur du Sacré-Couvent» d’Assise  

Le Père Gambetti a été un «cœur aimant, un cœur compréhensif» pour ce couvent, vante le Père Enzo Fortunato, son responsable de communication. Un cœur qui a selon lui réussi à «mettre ensemble les diversités» et à «faire vivre une fraternité extraordinaire» entre les religieux, malgré des sensibilités différentes.

Le Père Gambetti sera aussi le premier «prince» franciscain de l’Église depuis 1861. En lui conférant la barrette rouge, le pape met à l’honneur cet esprit franciscain qui guide son pontificat. Mieux, il place au centre de l’Église cette «minorité franciscaine» qu’il ne cesse de mettre en lumière. Aux franciscains, il aime à rappeler qu’un frère ne doit pas aspirer à revendiquer des ‘droits’ et doit aimer ses frères «avec respect, compréhension et miséricorde». Un esprit dont l’Église a bien besoin. (cath.ch/imedia/cg/gr)

Suite