Dossier

José Advincula, un cardinal de proximité 5/9

5

A 68 ans, José Advincula, archevêque de Capiz n’est pas un prélat médiatique, à l’instar d’un cardinal Tagle ou de l’actuel président de la Conférence des évêques des Philippines, le jeune Mgr Pablo Virgilio David, mais le profil pastoral du futur cardinal est reconnu par beaucoup.

«Qui est Mgr José Advincula?» Telle est la question que se sont posés nombre de Philippins le 25 octobre 2020 en découvrant son nom sur la liste des prochains cardinaux, rapporte UCANews. L’archevêque de Capiz n’est en effet pas un prélat médiatique, mais son profil pastoral est reconnu par beaucoup.

Né le 30 mars 1952 à Capiz, José Advincula est ordonné prêtre en 1976, et poursuit des études de psychologie. Envoyé à l’université pontificale Angelicum à Rome, il y obtient une licence de droit canonique. De retour dans son pays, il est nommé en 1999 curé de paroisse dans son diocèse d’origine. En 2001, le pape Jean Paul II le nomme évêque de San Carlos, au centre de l’archipel, charge qu’il occupe jusqu’à sa nomination à Capiz en 2011 par Benoît XVI. 

Un évêque proche de son troupeau

Après l’annonce de son élévation au cardinalat par Rome, son compatriote Mgr David a tenu à saluer le sens de la compassion qui caractérise selon lui son confrère. Le nouveau cardinal, affirme-t-il, s’est distingué par son action pendant la crise sanitaire, alertant sur l’augmentation du nombre de cas de dépressions voire de suicides dans son diocèse. Un sujet, semble-t-il, qui tient à cœur à l’ancien élève de psychologie. Dans une lettre pastorale envoyée pendant le confinement Mgr Advincula avait sonné l’alarme: «en tant qu’Église, nous sommes appelés à cultiver la culture de la présence […] Lorsque nous connaissons quelqu’un qui souffre de dépression, nous devons lui tendre la main, même si nous ne sommes pas des experts en santé mentale»».

Cette attention au prochain, telle est la volonté qui anime le nouveau cardinal philippin. Un pasteur, selon lui, doit se placer au plus près de tous les membres de son troupeau, surtout quand ils sont accablés. Le pape François, qui ne cesse d’appeler à une présence silencieuse auprès de ceux qui souffrent, doit apprécier cette sensibilité.

Proche du peuple et des souffrants, le cardinal désigné considère que sa nomination était une façon d’ouvrir le collège cardinalice aux personnes des périphéries: «J’ai toujours pensé que l’Église doit être plus proche des gens, en particulier de ceux de la périphérie», confiait-il au lendemain de sa nomination à Vatican News. Cela veut dire être conscient des joies, des angoisses et de la vie des pauvres.  

Droits de l’Homme, pauvreté, éducation

Le futur cardinal aura à cœur de s’investir sur un thème qui lui est très cher : celui des Droits de l’Homme. Dans un pays miné par la pauvreté et la violence, ils doivent être au cœur de la mission de toute l’Église. Et d’insister sur le rôle de l’éducation, qui est «la manière d’élever les gens pour qu’ils puissent gagner plus afin de vivre une vie plus décente».

Avec sa nomination, le nombre de cardinaux philippins est porté à quatre. Cependant, le cardinal Advincula sera le seul en activité dans son pays, deux cardinaux étant à la retraite et le cardinal Tagle dirigeant désormais à Rome la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Afin de se faire un relais efficace entre l’archipel et le Vatican, le nouveau cardinal pourra compter sur son expérience de terrain, lui qui a travaillé, comme prêtre puis comme évêque, dans trois diocèses ruraux des Philippines. (cath.ch/imedia/mp)

Suite