Dossier

Zundel, avant-gardiste et critique de Vatican II 2/2

5

Ami de Paul VI, Maurice Zundel a suivi avec intérêt le Concile Vatican II, auquel il n’a pourtant pas participé. Interprète critique des conséquences d’un Concile qui lui a donné raison dans de nombreux domaines, le prêtre suisse a connu une réhabilitation progressive depuis et fait figure de grand théologien du 20e siècle, selon France-Marie Chauvelot*.

Augustin Talbourdel, I.MEDIA

La reconnaissance de l’Église aura été tardive dans la vie de ce prédicateur de génie, comme ce fut le cas pour les Pères Congar et de Lubac. Et pour cause : en avance sur son temps en de nombreux domaines, la spiritualité de Zundel réside dans une intuition fondamentale perçue dans son enfance, celle d’un rapport avec le Christ vécu de personne à Personne. Dieu s’est fait homme pour en l’homme éveiller la divinité, afin que l’homme devienne Dieu, répète le théologien. Rappeler la présence divine en l’homme et la responsabilité de chacun vis-à-vis du «Dieu fragile» qui l’habite : tel aura été le grand apport de Maurice Zundel au Concile et à la théologie du 20e siècle.

Apôtre d’un Dieu humble

Au cours des nombreuses retraites qu’il prêche entre 1930 et 1935, le prêtre suisse propose une approche mystique de Dieu qui dénote avec son temps et annonce déjà les grands thèmes de Vatican II. Le Dieu de Zundel est d’abord un Dieu «intérieur» qui ne peut «établir son règne qu’au-dedans de l’intimité secrète avec chacun de nous». «Une intimité ne se déduit pas, elle se vit», insiste le théologien : »Il est blasphématoire de parler de Dieu quand on n’en vit pas et, quand on en vit, il n’y a guère à en parler !».

«Dieu fragile, c’est la donnée la plus émouvante, la plus bouleversante, la plus neuve, la plus essentielle de l’Évangile»

Ailleurs, Zundel formule l’idée controversée et avant-gardiste d’un Dieu «mère». Dans la «désappropriation éternelle qu’est le Verbe de Dieu», «Jésus a cette mission d’assumer tous les hommes comme une mère parfaite assume son enfant, se substitue à lui dans la douleur, prend sa place dans la misère, est frappée de tous les coups qui l’atteignent avant lui, pour lui, au-dedans de lui !» En bref, le mystique suisse se fait l’apôtre d’un Dieu pauvre et fragile : «Dieu fragile, c’est la donnée la plus émouvante, la plus bouleversante, la plus neuve, la plus essentielle de l’Évangile. Dieu fragile est remis entre nos mains«.

L’abbé Maurice Zundel développe l’idée d’un Dieu humble | Fondation Zundel

De nombreux prêtres, bouleversés par son approche du Dieu pauvre et «maternel», s’inspirent de la pensée de Zundel, encore largement méconnu. En juillet 1935, l’abbé Caffarel, directeur de l’Action catholique, recommande le prêtre suisse pour une série de conférences à Radio Luxembourg. Ces dernières formeront son ouvrage L’Évangile intérieur, publié un an plus tard. On y lit que «le christianisme réside essentiellement dans le Christ, il est moins dans sa doctrine qu’il n’est dans sa Personne».

Influence et controverse

Alors qu’il était encore jeune séminariste, en 1917, Zundel donne sa première conférence sur le thème «Hors de l’Église point de salut». Ayant pu constater, voire subir les attaques de l’intolérance religieuse dont furent victimes les «modernistes», et parmi eux beaucoup de prêtres, le séminariste de vingt ans prône une liberté de conscience en matière de religion qui ne sera adoptée qu’à la fin du Concile, et d’extrême justesse. Ses prises de parole marquent son auditoire genevois, remarque sa biographe. Le prêtre suisse s’attire même la reconnaissance et les félicitations d’Henri de Lubac, qui, après avoir lu La Pierre vivante, écrit à Zundel : «Combien le christianisme serait plus fort, plus mordant aujourd’hui si tous ceux qui le professent, à commencer par les théologiens, savent le rappeler avec la force de conviction qui vous anime !»

Si ces ouvrages connaissent un certain succès, ils suscitent aussi la méfiance de certains, tels son confrère suisse Charles Journet, tenant d’une approche de Dieu par la connaissance que Zundel semble négliger au profit de celle qui s’obtient par le cœur. En outre, les convictions politiques du mystique, reprochant à l’Église d’avoir laissé la question sociale aux organisations socialistes et communistes, dérangent. Le théologien suisse est aussi un sujet d’inquiétude pour ses supérieurs. Lu à la loupe par son évêque, Recherche de la personne (1938) ne connaîtra pas de seconde édition sur recommandation du Saint-Office, à cause notamment d’un chapitre qui parle de l’amour avec poésie et réalisme, dans le but qu’il soit assumé dans la lumière de l’Esprit.

Selon sa biographe, l’ostracisme clérical dont il a été l’objet sera contourné par le Père Varillon qui, reconnu dans l’Église, pourra faire connaître très largement sa pensée sans en citer le véritable auteur. En 1954, Zundel est défendu par son curé, à Ouchy, pour un sermon dans lequel il aurait critiqué le pape et la hiérarchie. Quelques années plus tard, en 1961, Zundel sera à nouveau à l’origine d’une controverse à Rome, après une conférence donnée à Beyrouth sur le thème Sexualité et personnalité où le prêtre appelle à prendre conscience de l’acte créateur et à trouver ainsi chemin de lumière, non dans le refoulement, mais dans le respect des valeurs les plus nobles de la personne.

Zundel et la réforme liturgique   

Dans la première version de ce qui deviendra en 1934 le Poème de la sainte liturgie, méditation poétique et mystique sur la liturgie de la messe selon le rite de saint Pie V, Zundel intitule son premier chapitre «Et caro Verbum facta est«. Le théologien suisse entend montrer que la matière est exhaussée en Christ et que, pénétrée de sa présence, elle symbolise plus qu’elle-même. Lecteur attentif de l’ouvrage à sa parution, Mgr Giovanni Battista Montini met en garde les lecteurs sur ce concept très en avance sur son temps.

«La messe latine va, je l’imagine, être interdite et le chant grégorien enterré»

Pour autant, la réforme liturgique à l’œuvre après le Concile inquiète l’auteur du Poème de la sainte liturgie. Soucieux de ne pas ajouter du bruit à la cacophonie ambiante, Zundel préfère ne pas exprimer publiquement ses réserves sur le sujet. Dans ses correspondances privées, il s’inquiète de l’ouverture à la traduction vulgaire dans la liturgie. «La messe latine va, je l’imagine, être interdite et le chant grégorien enterré. Tout cela s’est fait sans consultation des laïcs, soit-disant promus à l’âge adulte et, cela va sans dire, sans consultation des prêtres, qui comptent encore moins que les laïcs», écrit sévèrement Zundel, dans une lettre.

En septembre 1972, Zundel est invité à la commission liturgique du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg pour donner son avis sur la réforme conciliaire. S’il ne peut s’y rendre, il fait néanmoins savoir, dans deux lettres, son regret devant le «total abandon du commun de la messe en grec et latin, dont tout le monde connaissait le sens et appréciait les admirables mélodies».

Inquiet de voir que «tant de changements dans le culte et la discipline donnent le sentiment que tout peut être changé par décret», le prêtre suisse livre ses réflexions dans deux ouvrages, qui seront ses derniers : Je est un Autre et Quel homme et quel Dieu ? «Je reste continuellement anxieux de l’état du monde, de l’Église, devant cette ignorance du vrai visage de Dieu, égale, au fond, à celle du vrai visage de l’homme. On passe à côté de l’Un et de l’autre sans les reconnaître», conclut-il. (cath.ch/imedia/at/mp)

*Vie et pensée de Maurice Zundel, France-Marie Chauvelot, Le Passeur éditeur, 2019, 192p.

Pour aller plus loin:
Un ouvrage de poche: Gilbert Vincent, Marc Donzé : Maurice Zundel,  la figure lumineuse d’un mystique, 2017, 128 p. éditions Ouverture
Une biographie écrite par un confrère qui l’a bien connu: Gilbert Vincent: La liberté d’un chrétien, Maurice Zundel, 1999, 188 p. éditions du Cerf / St-Augustin
Les œuvres complètes de Maurice Zundel dont 3 volumes sont parus aux éditions Parole et Silence : Vivre la divine Liturgie; Harmoniques; A la découverte de Dieu.

Suite