Dossier

Covid-19: les pays du Sud face à la pandémie: le Népal (12)

12

Bien que peu touché par la pandémie de Covid-19, le Népal a malgré tout dû prendre des mesures qui ont affecté la population. La fermeture provisoire des frontières a empêché les Népalais travaillant à l’étranger de rentrer chez eux et les limitations de déplacement ont entravé les actions humanitaires dans le pays.

Le Népal a pour l’instant été largement épargné par le coronavirus. Au 27 mai 2020, il enregistre officiellement 886 malades et 4 décès. Mais la situation évolue rapidement. Le 11 mai 2020, Katmandou n’annonçait encore que 134 cas et aucun mort. Le gouvernement a donc pris un certain nombre de mesures de sécurité.

L’une d’elles a été la fermeture des frontières, notamment avec l’Inde, où la pandémie se propage à rythme soutenu. Le 30 avril, 2’000 Népalais encore bloqués à la frontière entre le grand voisin et le Népal ont pu entrer dans le pays. Mi-mars, le Népal avait fermé ses frontières aux travailleurs migrants qui avaient perdu leur emploi en Inde et tentaient désespérément de retourner dans leurs familles et leurs villages pour échapper à la faim.

Le village de Mugu Muhuba, au Népal | © Action de Carême

Certains d’entre eux avaient parcouru plusieurs centaines de kilomètres à pied et devaient attendre dans des camps de quarantaine avant d’être autorisés à entrer dans le pays, note Pramod Dahal, coordinateur de CAED, une organisation partenaire de l’œuvre d’entraide catholique suisse Action de Carême (AdC). Tous les travailleurs bloqués veulent retourner dans leurs familles et leurs villages, car c’est l’assurance de ne pas mourir de faim. L’exode massif de ces migrants représente cependant un risque majeur de prolifération du virus dans les zones rurales.

Personnel soignant débordé

Le gouvernement a également suspendu les vols intérieurs et internationaux, au moins jusqu’au 31 mai. Le trekking dans la région himalayenne n’est plus autorisé. Il a en outre instauré un couvre-feu. Cela a empêché la circulation sur les routes et aucune visite des projets partenaires d’AdC dans le pays n’a été possible. Les personnes participant aux projets qui vivent dans des régions reculées ont malgré tout pu continuer à travailler dans leurs champs, note AdC.

Le gouvernement de la province de Karnali, où travaille principalement Pramod Dahal, a fourni des médicaments et du matériel au district par hélicoptère. Mais, cela ne sert pas à grand-chose car le personnel soignant est débordé. «Nous espérons que l’augmentation des températures contribuera à réduire la propagation du virus», lance le coordinateur de CAED. (cath.ch/com/rz)

Suite